Courrier adressé aux habitants de Maromme suite à l’incendie de l’usine Lubrizol.

LETTRE OUVERTE

Chères Marommaises,

Chers Marommais,

Je tenais à m’adresser directement à vous toutes et tous, en toute transparence, suite à l’incendie de l’usine Pétrochimique Lubrizol à Petit Quevilly afin que vous ayez chacun le même niveau d’information.

En effet, notre territoire Métropolitain, et bien au-delà, connait depuis le jeudi 26 septembre, une crise grave et sans précédent dont les conséquences sont de nous faire subir quotidiennement des pollutions mais aussi de nous interroger sur les éventuelles incidences environnementales et les risques sanitaires.

Il est de mon devoir de vous rendre compte, en de telles circonstances, des décisions que j’ai été amenées à prendre pour garantir la sécurité de tous, et du contexte dans lequel il m’a fallu agir, seul, face à une absence criante de communication de la part des autorités Préfectorales.

Ainsi, dès la nuit de la catastrophe et sans aucune information officielle, j’ai pris la décision, tôt le jeudi matin, au titre de mon pouvoir de police de Maire, d’ordonner la fermeture ou la mise sous confinement des équipements publics municipaux. Les crèches, le Relais Assistantes Maternelles, les Résidences pour Personnes Agées, le Villâge de Aubépins, le Foyer Occupationnel des Fougères ont fait l’objet de mesures de confinement. La médiathèque, l’école de musique, la mairie, la maison des associations, les équipements sportifs et de loisirs ont tous été fermés au public.

De plus, en lien avec l’Inspectrice de l’Education Nationale, j’ai décidé, dès 7h30, de fermer l’ensemble des établissements scolaires (écoles, collège, lycée) de la commune.

J’ai aussitôt établi un PC de crise afin de coordonner nos actions et suivre l’évolution de la situation sur France Bleu, toujours sans la moindre information des autorités !

Attentif aux différentes conférences de presse du Préfet, comme tout à chacun, tout au long de la journée, j’ai demandé à l’ensemble des agents municipaux de se tenir prêt à intervenir si nécessaire.

Il m’aura fallu attendre ce même jour 14h25 pour recevoir enfin un message d’une boite vocale des services de la Préfecture m’informant de l’incendie de l’usine Lubrizol, soit 11 heures après le début de la catastrophe. Ce qui est purement scandaleux !

En l’absence totale d’informations et soucieux des risques liés au nuage de fumées qui traversait la vallée, j’ai de nouveau décidé, seul, de reconduire le même dispositif le vendredi 27 septembre. Le Recteur nous ayant informé dans le week-end de la réouverture systématique des établissements dès le lundi suivant pour les communes ayant prise les mêmes mesures préventives que Maromme, j’ai donc mobilisé les agents afin de faire nettoyer l’ensemble des bâtiments municipaux et leurs abords pour prémunir d’une contamination éventuelle.

Par ailleurs, les élus Métropolitains ont sollicité un échange lundi 30 septembre avec Monsieur le Préfet afin d’avoir un état de la situation de l’incendie, de ses risques et de ses conséquences. J’ai saisi cette occasion pour exprimer avec fermeté mon mécontentement sur la gestion de cette crise et son manque total de communication auprès des élus locaux et notamment des Maires qui restent l’échelon de proximité le plus accessible pour les habitants.

Lors de cette rencontre, j’ai interpellé Monsieur le Préfet afin qu’il organise dans les plus brefs délais une commission Ad hoc réunissant tous les acteurs, soit les institutions d’Etat (Agence Régionale de la Santé, Education Nationale…), les élus de la Seine-Maritime, les associations et les industriels.

J’ai également demandé expressément à M. Yvon Robert, actuel président de la Métropole Rouen Normandie, de réunir les 71 maires de la Métropole afin d’élaborer une véritable stratégie vis-à-vis des exigences que nous devons réclamer, ensemble, aux dirigeants d’entreprise de ces sites industriels.

Dans les prochains jours, je n’aurai de cesse de porter mon exigence à la mobilisation de ces deux institutions afin d’obtenir, sans complaisance, des résultats qui contraignent les actionnaires de ces sites industriels à mobiliser des moyens techniques et financiers à la hauteur du risque.

Vous pouvez compter sur ma vigilance et ma détermination à mettre tout en œuvre pour gérer au mieux ce moment délicat que nous traversons.

David LAMIRAY

Maire de Maromme

Publicités